Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/364

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mille hommes aux hôpitaux, cinq cents vétérans, cinq cents ouvriers qui ne se battent pas, restera douze mille hommes tout compris. »

Cette lettre, qui n’a pas encore été citée, est fort remarquable. Dans une autre dépêche confidentielle, on lisait la phrase suivante : « Le plus beau jour pour nous sera celui où nous apprendrons la formation de la première république en Allemagne. » On a vu comme il changea de maxime en peu de temps, car s’il y eut un destructeur de républiques, ce fut bien lui, dès les premières années de son gouvernement.

Cependant le général Desaix était en pleine jouissance de la haute Égypte et de Cosseir, quoique l’intrépide et constant Mourad-Bey lui tînt toujours tête dans le désert. Les impositions se payaient, et la division Desaix était au courant de la solde.

Mais dans la basse Égypte, Bonaparte était toujours en guerre avec les Arabes : « J’ai rompu, écrivit-il à ce sujet, tous les traités