Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/352

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Loin de trouver protection dans le nouveau général en chef, les membres de la commission, après la perte de la bataille du 21 mars, appelée par les Anglais bataille d’Alexandrie, et par les Français, bataille de Canope, furent repoussés du quartier-général, et forcés d’aller se renfermer dans la citadelle du Caire ; quelques-uns même, arrêtés à Alexandrie, où ils étaient pour des recherches, furent renvoyés à Ramaniéh, d’où ils se transportèrent de suite au Caire, dont la citadelle devint pour eux une sorte de maison d’arrêt.

La peste ayant fait peu de temps après de grands ravages au Caire, les membres de la commission, pour se soustraire à de si graves dangers, furent autorisés par le général Beliard à se rendre à Alexandrie, qui était exempte de la contagion. Là, ils obtiennent la permission de partir pour la France ; mais les Anglais les obligent de rentrer dans le port d’Alexandrie. Le général en chef, Menou, ne veut plus les y recevoir et les menace de les