Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les détracteurs du général en chef, car il avait beaucoup d’ennemis, ajoutèrent que les attentats que Desgenettes avait eu le courage de lui reprocher en plein Institut n’étaient pas les seuls dont il se fût rendu coupable ; qu’avant même l’expédition de Syrie, il avait fait étrangler à Rosette un certain nombre de Français et de cophtes attaqués de la peste, pour se débarrasser de ces dangereux malades. Je n’ai jamais été à portée de décider si cette accusation terrible était fondée ou non.

Quoi qu’il en soit, les créatures du général en chef s’empressèrent de faire réorganiser l’Institut, qui avait perdu plusieurs de ses membres. La mort avait moissonné le général Caffarelli, Horace-Say, chef du génie, et M. Venture, membre de la section des lettres. D’un autre côté, le commissaire ordonnateur Sucy et le célèbre chirurgien Dubois, dégoûtés du climat de l’Égypte, étaient repartis pour la France, Moins heureux que Dubois, l’ordonnateur Sucy ayant touché en