Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il convoqua pour le mode d’exécution un comité secret, et l’on sent bien qu’il se garda d’y appeler le médecin en chef Desgenettes. Là, il renouvela sa proposition d’administrer du poison aux pestiférés et aux malades sans ressource, se fondant sur le sort affreux réservés aux victimes si elles tombaient vivantes entre les mains des féroces soldats de Djezzar, qui allaient occuper Jaffa dès que l’armée l’aurait évacuée. Les membres du comité secret furent, dit-on, unanimement de l’avis du général en chef, qui chargea le pharmacien Rouyer de la préparation connue sous le nom de laudanum de Sydenham ; mais l’opium manquait ; un médecin turc en fournit, et les potions furent administrées. Ici l’on diffère sur le nombre des victimes ; les uns le font aller au-delà de cinq cents ; d’autres, qui, témoins de toute l’horreur qu’avait inspirée cette action infâme, se sont efforcés de l’atténuer, prétendent que la préparation ne fut administrée qu’à une trentaine de pestiférés ; que plusieurs même