Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


puisai dans des documens certains et dans la correspondance confidentielle pendant notre séjour au Caire.

Ce fut dans les premiers jours de mars 1798, que le Directoire arrêta les mesures préparatoires pour la formation de l’armée d’Orient, d’après une note qui lui fut remise le 5 mars par le général Bonaparte. Les premiers arrêtés du Directoire furent libellés sur la note même qui indiquait Civita-Vecchia, Gènes, Ajaccio, Toulon, Nice et Antibes, comme ports d’armement et d’embarquement de 25,000 hommes d’infanterie et de 3,000 hommes de cavalerie, sans chevaux. Les premiers frais de l’armement étaient évalués à 8 ou 9 millions qui furent pris, la plupart, dans les trésors de Berne. Une commission composée du contre-amiral Duchayla, du commissaire de la marine Leroy, du général d’artillerie Dommartin, de l’ordonnateur Sucy, désignée sous le nom de commission de l’armement des côtes de la Méditerranée, fut chargée de régler tout le