Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/257

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tribus d’Arabes-Bédouins, qui offraient le tableau de la misère la plus affreuse, et auxquels on enleva des chameaux et des femmes.

Ce fut à Belbéis que le général Bonaparte apprit l’occupation du fort d’El-Arich par un détachement des troupes de Djezzar et des mameloucks d’Ibrahim-Bey. Plus de doute dès lors des dispositions hostiles de la Porte ottomane et du pacha d’Acre. La connaissance qu’avait déjà l’état-major du firman par lequel le grand-seigneur nous déclarait la guerre, lui fit voir que les Turcs avaient joint les actions aux paroles.

Le général en chef fit aussitôt ses dispositions pour pénétrer en Syrie.

Voici comme il rendit compte au Directoire exécutif, par sa dépêche confidentielle du 10 février, des motifs et de l’objet de son expédition.

« Les Anglais ont obtenu de la Porte que Djezzar-Pacha aurait, outre son pachalic d’Acre, celui de Damas. Ibrahim-Pacha, Abdallah-Pacha, et d’autres pachas sont à