Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


val : « Vos chevaux sont fatigués, que ceux qui peuvent me suivre viennent avec moi ; » et, prenant le galop avec seulement cinq guides, il se rendit maître du camp et du butin. Il se mit ensuite à plaisanter ceux qui n’avaient pu le suivre, en leur disant que le produit de la vente des effets enlevés ne serait que pour les vainqueurs.

La caravane, que nous avions rejointe, reprit la route du Caire, et le général en chef prit celle de Belbéis pour y visiter la partie du canal qui avait été dérivée du Nil. Nous en remarquâmes les vestiges pendant à peu près cinq lieues au nord de Suez ; là ils se perdent dans les sables mouvans et ne reparaissent qu’à quelques lieues de Belbéis, dans l’oasis d’Houraéb. À Belbéis le général revisita les fortifications, puis se remit sur les traces du canal jusqu’à l’ancienne Péluse, d’où nous revînmes au Caire, où le général en chef donna des ordres pour lever le plan du canal. Pendant toute cette route dans l’isthme, nous n’avions rencontré que quelques petites