Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La nuit nous ayant surpris au moment où le général en chef revenait par la route de Suez, nous ne trouvâmes plus le gué praticable, la marée étant encore très-haute. Nos guides arabes crurent pouvoir indiquer un autre chemin et s’égarèrent. Nous nous trouvâmes bientôt dans un marais avec de l’eau jusqu’à la ceinture, et là le général avec ceux qui l’accompagnaient faillit éprouver le sort du roi Pharaon et de son armée marchant à la poursuite des Israélites. Nous fûmes obligés de remonter vers le fond du golfe. Nous revînmes à Suez la même nuit, et après nous y être reposés, nous entrâmes le lendemain dans l’isthme, le général en chef voulant visiter l’ancien canal de communication entre les deux mers. Nous en découvrîmes enfin les vestiges, et nous marchâmes pendant quatre heures sur le lit même du canal ; mais l’opinion des savans fut partagée sur l’antiquité et la destination de ces travaux.

En revenant, le général en chef aperçut un camp arabe, et il dit à ses guides à che-