Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous les délivrons ; et enfin il lui racontera ce qui s’est passé en Égypte, et ce qui peut être propre à lui ôter l’envie d’armer et de se mêler de cette querelle. Si Achmet-Pacha n’est pas à Jaffa, le chef d’état-major Beauvoisin se rendra à Saint-Jean-d’Acre ; mais il aura soin auparavant de voir les familles européennes, et principalement le vice-consul français, pour se procurer des renseignemens sur ce qui se passe à Constantinople, et sur ce qui se fait en Syrie. »

L’envoyé du général en chef s’étant embarqué, fit voile pour Jaffa et ensuite pour Saint-Jean-d’Acre, où il arriva dans les premiers jours de septembre ; mais il ne put obtenir audience de Djezzar, auquel il écrivit deux fois inutilement ; il ne lui fut pas même permis de sortir du bâtiment qui l’avait conduit dans le port. Cet officier écrivit à bord une lettre au Directoire exécutif pour lui rendre compte de l’objet de sa mission, et dans cette lettre, qu’il remit à un capitaine ragusais, dont le bâtiment devait mettre à la