Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dra à Damiette ; de là il s’embarquera sur un vaisseau turc ou grec ; il se rendra à Jaffa ; il portera la lettre ci-jointe à Achmet-Pacha ; il demandera à se présenter devant lui, et il réitérera de vive voix que les Musulmans n’ont pas de plus vrais amis en Europe que nous ; que j’ai entendu avec peine que l’on croyait en Syrie que j’avais dessein de prendre Jérusalem et de détruire la religion mahométane ; que ce projet est aussi loin de notre cœur que de notre esprit ; qu’il peut vivre en toute sûreté ; que je le connais de réputation comme un homme de mérite ; qu’il peut être assuré que, s’il veut se comporter comme il le doit envers des hommes qui ne lui font rien, je serai son ami ; et que bien loin que notre arrivée en Égypte soit contraire à sa puissance, elle ne fera que l’augmenter ; que je sais que les mameloucks, que j’ai détruits, étaient ses ennemis, et qu’il ne doit pas nous confondre avec le reste des Européens, puisque, au lieu de rendre les Musulmans esclaves,