Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


devoir répandre plus de variété et d’intérêt dans mes récits. Je crois pouvoir affirmer que je rapporte un assez grand nombre de circonstances peu connues, et même quelques-unes qui ne l’étaient pas du tout ; d’ailleurs on sait que chaque témoin qui se pique d’observation, a sa manière de voir et de juger les hommes et les événemens. C’est la concordance des témoignages qui forme la vérité historique.

Je pense que si, depuis vingt-cinq ans, toutes les relations de nos expéditions eussent été soumises au contrôle d’une critique fondée sur l’expérience des faits, on aurait tous les élémens nécessaires pour écrire d’une manière complète et impartiale l’histoire contemporaine. Mais, en général, c’est l’esprit de parti, la passion ou l’intérêt qui dictent les mémoires historiques. J’espère éviter ces écueils, et pour y parvenir, le meilleur moyen, sans aucun doute, est de ne dire que ce que l’on croit vrai, et de le dire avec courage, et sans réticence. C’est ce que je me