Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dans ce climat une autre Cléopâtre,
Bien avant vous subit le même sort ;
Elle implora le secours de la mort,
Et la reçut sur son sein d’albâtre.

Mais, vous, vivez ! et que votre présence
Fasse pour nous le charme de ces lieux ;
Quand vos attraits frappent ici nos yeux,
Qui peut se croire éloigné de la France ?

En partant, le général Bonaparte avait ordonné à son écuyer Vigogne de payer toutes les petites dettes de sa maison, et d’abandonner le reste, ainsi que les meubles, à Mme F***, à l’exception toutefois d’un riche ameublement qui devait rester au général Kléber. Madame F*** fit au nouveau général différentes visites comme pour venir réclamer ce qui lui était laissé. Kléber lui dit : « Je vous plains, Madame, d’avoir été abandonnée par un amant aussi illustre ; je ne chercherai point à augmenter vos regrets en vous chicanant sur ce qu’il a pu vous laisser ; je vous