Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vient avec Berthier. Il questionne d’abord le mari sur son avancement, puis s’efforce de devenir aimable. Vers la fin du déjeuner, Junot, qui s’était concerté, laisse tomber, par une feinte maladresse, une tasse de café sur la robe de madame F***. Elle pousse un cri, et, cédant aux instances de Junot, passe dans un cabinet voisin, soit pour changer de robe, soit pour faire enlever la tache. Junot entretient le mari tandis que le général en chef, qui a feint de sortir et de se retirer avec Berthier, passe furtivement dans le cabinet. En y entrant, il se jette aux genoux de la jolie Française, qui, comprenant aussitôt ce qu’on voulait d’elle, résiste au vainqueur, verse des larmes, et n’en paraît que plus intéressante. Bonaparte, touché des sentimens et de l’innocence de cette jeune femme, n’ose rien brusquer, et sort en lui jurant amour et constance. Elle résiste encore long-temps à ses poursuites ; lettres d’amour, protestations, riches cadeaux : tout est employé pour séduire la jeune Française, dont l’esprit roma-