Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Institut tenait ses séances, et ce nouveau fort reçut le nom même de l’Institut, sorte d’hommage que rendit le général en chef aux membres de cette société savante, pour la conduite courageuse qu’ils avaient tenue pendant le soulèvement. Entre Boulacq et le Caire, une route militaire et une chaussée à parapets furent tracées, afin d’avoir une communication assurée de la ville à Boulacq, et à la Ferme d’Ibrahim. Des deux côtés de la chaussée on creusa un fossé large et profond. On débarrassa la place El-Békir de tous les petits bâtimens qui en obstruaient les avenues, et on en agrandit même l’entrée principale, pour avoir constamment un débouché sûr et facile hors de cette immense place. Enfin deux ponts-volans furent établis, l’un pour communiquer de la Ferme d’Ibrahim à l’île de Roudah sur la petite branche du Nil, l’autre pour servir de communication entre l’île et le village de Gizéh, sur la branche principale du fleuve. Gizéh fut entouré d’une muraille crénelée, qui mettait cette espèce de fau-