Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/180

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le lac Menzaléh, appelé autrefois lac Tennis, paraît avoir été formé par l’ancienne branche du Nil appelée Mendésienne ; il est compris entre deux grands golfes, et une longue bande de terre basse et peu large qui le sépare de la mer. Là se réunissent les deux golfes qui, rentrant sur eux-mêmes, forment la presqu’île de Menzaléh, à la pointe de laquelle se trouvent les îles de Matariéh, les seules du lac qui soient habitées. La plus grande dimension du lac est de Damiette à Péluse où elle s’étend d’environ vingt lieues ; sa plus petite dimension n’est que de cinq lieues, depuis Matariéh jusqu’à la bouche de Dibéh.

Les îles de Matariéh sont très-populeuses ; les cabanes qui recèlent leurs habitans sont bâties de boue ou en partie en briques, et couvrent entièrement leur surface. Dans l’île de Mit-el-Matariéh, les cahuttes sont pêle-mêle avec les tombeaux ; elles paraissent plutôt des agglomérations de tanières que des habitations d’hommes. La population de ces