Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce qui avait pu échapper s’était mis sous la protection d’Ibrahim. Le général en chef mande d’abord au général Reynier, dirigé sur cette frontière, de détacher les Arabes des intérêts d’Ibrahim, en leur faisant comprendre qu’ils n’ont rien à gagner à nous faire la guerre ; puis, déterminé à poursuivre lui-même Ibrahim, il écrit à Reynier qu’il va partir pour se porter à vingt-huit lieues du Caire, vers la Syrie. Formant aussitôt deux colonnes d’opérations, avec une partie des divisions Lannes et Dugua, il les met en mouvement avec trois cents chevaux. Là était mon ami Lasalle, chef de brigade du 22e de chasseurs à cheval. L’aide-de-camp du général en chef, Sulkousky, ayant été chargé de marcher en éclaireur pour reconnaître le terrain, je l’accompagnai avec une avant-garde de cavaliers d’élite. Je donne ici la description que nous fîmes ensemble du pays que nous étions chargés d’explorer ; je reviendrai ensuite sur l’opération militaire.

Nous sortîmes du Caire par la porte de