Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On comptait pendant notre occupation dans la province du Caire cinq tribus principales d’Arabes ; celle des Billy était la plus nombreuse ; au moment de l’expédition de Syrie, elle était en paix avec nous ; elle avait son chef et plus de deux cents chameaux à l’armée. Nous étions également en paix avec la tribu des Joualk. Les fils de ses deux principaux cheiks étaient en otage chez le commissaire près le divan du Caire. Les Terrabuis, avec qui nous étions également en paix, avaient aussi leurs cheiks et presque tous leurs chameaux dans les convois de l’armée. Nous avions pour ennemies les tribus Aouatah et des Faydé : nous avions brûlé leurs villages et détruit leurs troupeaux. Ils s’étaient réfugiés dans le fond du désert ; mais ils revenaient souvent faire des brigandages aux environs du Caire. L’ordre était donné dans les petits forts qui environnaient la ville de leur tirer des coups de canon quand ils approcheraient de trop près. Nous avions aussi un poste à Gizeh, pour donner la chasse aux Bédouins.