Page:Baude, Fragments d'histoire ou Hier et aujourd'hui à la faveur d'une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France, Imprimerie officielle Fort-de-France, 1940.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

noir nommé Jean Kina, qui était revêtu du grade de Colonel, va se poster inopinément au pied des montagnes centrales et appelle les affranchis et les esclaves à se joindre à lui pour opérer la révolution. Ses adversaires estimant qu’il s’agit d’une conspiration ourdie dans l’obscurité et menaçant leur existence, courent aux armes et investissent le repaire du chef avant que la foule de ses partisans ait pu se réunir à ceux qu’il a déjà rassemblés. Il est placé dans une position telle qu’il va être enlevé de vive force s’il ne se rend immédiatement.

Mais le général Maitland qui gouvernait la Colonie au nom de l’Angleterre intervient, ouvre une négociation avec Kina et, pour lui servir de sauvegarde l’accompagne lui-même à cheval depuis son camp des montagnes jusqu’au Fort Royal où il le loge… au Gouvernement.

Combien de temps Jean Kina séjourna-t-il au palais du Chef de la Colonie ? On ne le sait. Le général Maitland le fit embarquer, peu après sans doute, sur un navire anglais qui le conduisit sain et sauf aux États-Unis, en exécution de la convention mystérieuse qui avait eu lieu entre eux.

Et c’est ainsi que la vieille et illustre demeure officielle abrita aussi cet homme d’origine humble, qui avait certainement une valeur personnelle, à en juger par le grade auquel il était parvenu, par la hardiesse de son initiative, et par l’attitude du Gouverneur envers lui, mais dont nos annales n’ont même pas conservé le nom tombé dans l’oubli, ce nom que ses compatriotes fredonnaient longtemps encore après 1811 dans les chansons populaires des Antilles et qui aujourd’hui figure seulement dans un document inconnu remontant à 1816[1].

Sur le terrain contigu étaient l’Intendance et le bureau du Domaine[2]. Le terrain de l’Intendance a été mis en vente en 1834 sur la mise à prix de 10,000 francs.

À l’angle Nord-Est des rues de Gueydon et Schœlcher, au n° 40 de celle-ci, a été le Trésor, et, avant le Trésor, le Petit

  1. Arch. Ministère Col. n° 517. Recherches historiques par Moreau de Jonnès 1816.
  2. Plan du 1er mai 1826. Arch. Ministère Col. n° 661.