Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


éteintes, à droite de la maison, naturellement… de ce côté…


FRÉDÉRIQUE.

Vous croyez qu’il ne peut vous avoir entendu ?


BOCQUET, (montrant la clef.)

Impossible !… J’ai l’habitude de la serrure.


FRÉDÉRIQUE.

Les domestiques sont couchés, je crois ?


BOCQUET.

Oui, j’ai vu de la lumière là-haut, dans la chambre des vieux.


FRÉDÉRIQUE.

Attendez que je ferme, par prudence, cette porte à clef.

(Elle ferme la porte par où est sorti Julien.)

BOCQUET.

Alors, Madame ?

(Silence.)

FRÉDÉRIQUE, (faiblement.)

Oui.


BOCQUET.

Vous avez bien réfléchi ?… Vous n’avez pas changé d’idée ?


FRÉDÉRIQUE, (secouant la tête.)

Non, Monsieur, non !