Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


donc me dire auparavant si ce qu’il y a dedans est vrai ou faux ?… Le sais-tu d’abord, ce que contient cette lettre ?


JULIEN, (après avoir hésité.)

Oui… je le sais !


ÉVELINE.

Tu le sais !… Et vous, Madame ?


FRÉDÉRIQUE, (troublée, appuyée au piano, et essayant de se maîtriser.)

D’abord pourquoi, Éveline, dites-vous « Madame » sur ce ton de reproche, d’accusation ?


ÉVELINE.

Répondez !


FRÉDÉRIQUE.

Mais non, je ne sais rien, je ne sais rien ! Comment voulez-vous que je sache !…


ÉVELINE.

Quelle molle dénégation !… Après tout, vous ne savez peut-être pas ce qu’il y a là-dedans, mais vous avez l’air d’en avoir terriblement peur !… Vous regardez cette lettre et lui ne s’en occupe pas ; il y a une nuance !… Lui, sait certainement ce qu’il y a là-dedans… (Elle s’apprête à décacheter.) Allons parle, avant que j’ouvre.


JULIEN, (du geste, lui commandant d’attendre.)

Oui, je vais parler… (À voix pleine et forte.) Madame Ulric est insoupçonnable, d’abord ! Sa vertu et son honnêteté sont hors de cause !…