Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FRÉDÉRIQUE, (à Julien.)

Courez vite, malheureux !…


DASTUGUE.

Votre femme a eu la curiosité de savoir qui avait apporté cette lettre… Elle a dû s’avancer jusqu’à l’auto, en accompagnant Mercereau…


FRÉDÉRIQUE, (à Julien.)

Peut-être est-il préférable que je descende, moi, et que vous restiez ici… Il faut redouter un esclandre.


DASTUGUE.

Oui, Madame a certainement raison… Ne vous affolez pas… Ce n’est peut-être qu’une manœuvre… un coup de tête…

(À cet instant Éveline paraît. On se tait subitement.)


Scène VIII


Les Mêmes, ÉVELINE


ÉVELINE, (s’adressant à Dastugue.)

Je vous chasse, Monsieur… Vous étiez le complice, l’émissaire !… J’ai entendu ce que vous a crié cette femme dans l’escalier.


JULIEN.

Éveline !


ÉVELINE, (montrant la porte ouverte.)

Tenez, écoutez-la, d’ici… Elle s’acharne comme une bête…