Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/340

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Julien… Venez voir… cette auto marron à la porte ?


JULIEN, (y va, puis nerveux, appelle.)

Dastugue !… Dastugue !…


DASTUGUE, (s’approche à son tour.)

Sa voiture !… Qu’est-ce que j’avais dit !… Elle doit vous guetter. (Il se reprend devant la présence de Frédérique.) Je veux dire…


JULIEN, (nerveux de plus en plus.)

Oh ! vous pouvez parler devant Madame Ulric… qui connaît ma vie. Voyons, voyons, ce n’est pas possible !…


FRÉDÉRIQUE, (inquiète.)

Que voulez-vous dire tous les deux… C’est la voiture de…


JULIEN.

De Madame Tessier.


FRÉDÉRIQUE.

Voyez-vous quelqu’un dans l’auto ?


JULIEN.

Non, elle est vide.


DASTUGUE.

Sapristi !… Elle n’aurait pas osé !… Non… mais elle vous fait guetter… Cependant à la porte de chez vous ! Ah ! combien j’avais raison !… Je descends quatre à quatre.


JULIEN.

Oui, c’est ça… Allez voir… (Dastugue sort précipitamment par la droite, Julien appelle lui-même dans l’antichambre.) Éveline ! Éveline !


FRÉDÉRIQUE.

Je suis extrêmement inquiète pour vous, Ju-