Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/325

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FRÉDÉRIQUE.

Mais non… ça vous regarde aussi !… Il faut mettre la main à la pâte !…

(Entre Mercereau.)


Scène II


Les Mêmes, MERCEREAU


MERCEREAU, (tête d’élève des Beaux-Arts. Barbiche rousse, chapeau mou à la main.)

ÉVELINE.

Nous étions en train de travailler, Madame Ulric et moi ! Je ne sais pas si vous connaissez Monsieur Mercereau, un ami de mon mari.


MERCEREAU.

Madame… Eh bien, vous êtes contente, j’espère ? Bocquet vous a raconté ?…


ÉVELINE.

Mais non ! Quoi ?… Il n’est pas encore rentré.


MERCEREAU.

Comment, il n’est pas là ?


ÉVELINE.

Non… il devait venir après l’inauguration, mais il nous a téléphoné qu’il était retenu.


MERCEREAU.

Mais j’y étais à l’inauguration ! Ça a fini à midi et demi !… Je suis parti avec Lehmann et avec Nénot. Justement je venais lui rapporter leur impression et lui annoncer des choses espatrouillantes !…