Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vous vous êtes mise un peu tard, quoique toute jeune, à la sculpture. Et tout cela est rempli de petites naïvetés, d’enfantillages qu’il faut faire disparaître. Le métier est indispensable dans tout art.


THYRA.

Cinq ans !… C’est effrayant !


LEPAGE.

Et pourquoi donc ? Vous avez quel âge déjà ? Vingt-quatre ans ?…


THYRA.

Oui, vingt-quatre et déjà trois ans d’étude. Dire qu’en pensant à ce que je serais à vingt-cinq ans je faisais claquer ma langue de contentement ! J’y suis à mes vingt-cinq ans et je juge !


LEPAGE.

Mais c’est l’aurore, mon petit…


THYRA.

C’est la vieillesse de ma jeunesse. Il faut réaliser… Le temps presse. Le puis-je ?


LEPAGE.

Vous êtes aussi trop découragée… Vous passez d’une extrême à l’autre.


THYRA, (se laissant aller sur le divan.)

Ah ! évidemment, cela ne va pas en ce moment. Autant j’étais haute il y a quatre ou cinq jours, autant je suis basse aujourd’hui !


LEPAGE.

Cela arrive aux meilleurs thermomètres. Seulement rappelez-vous, petite rageuse, la chaleur