Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/280

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOUS, (éperdus.)

Empêchez, empêchez d’entrer !… C’est abominable !… Donnez l’ordre, vite… Éteignez… Éteignez l’électricité, pour l’amour de Dieu !… Mais comment ? Ici, tenez… Là, je crois.

(On éteint.)

ARTACHEFF.

Restez tous ici… je vous certifie que personne n’entrera.

(Il disparaît derrière la draperie. Obscurité complète. La musique cesse brusquement. Silence. Il ne reste que les deux candélabres à cire jaune qui éclairent de loin le corps de Thyra, à travers les nuages alourdis des fumées de cigarette. En sanglotant, Lignières, Corneau et Lepage s’approchent de la table, prennent les roses et les dispersent autour de l’enfant endormie et calmée.)

FIN


7375. — Imp. Jouve et Cie, 15, rue Racine, Paris. — 4-1927