Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PHILIPPE, (à Thyra.)

Vous ne réfléchissez pas !…


THYRA.

Pourquoi ?


PHILIPPE, (haut et fermement.)

Je répète que la fantaisie est séduisante, mais absolument irréalisable.


THYRA.

La raison ?


LA DUCHESSE D’OSQUE.

Vous voyez bien, mon cher ? Pourquoi vous y opposer. Prenez garde, ce que femme veut !… d’ailleurs je ne fais que devancer le vœu de Son Altesse, car je sais qu’elle avait l’intention de vous le proposer elle-même.

(Elle va jusqu’au sentier.)

PHILIPPE, (à Thyra.)

Vous dépassez la mesure de l’inconscience.


THYRA.

Pourquoi ?


PHILIPPE.

C’est un défi, alors ?


THYRA, (doucement.)

En serions-nous encore là ? ai-je interrompu votre flirt avec votre cousine ?


PHILIPPE.

Oh ! ce n’est pas la même chose.

(À ce moment, tout le monde descend de droite à travers les roches.)

LA DUCHESSE D’OSQUE.

Altesse, j’ai à peu près décidé Philippe à nous accompagner sur le Cydnus jusqu’à Palerme.