Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ça ne monte pas… Et ne dis pas que je suis au buffet, je te prie… Je ne veux voir personne…

(Chaillard s’en va.)

LOLETTE, (bas, à Bernier.)

Eh bien, justement, Pierre, voilà quelqu’un qui s’avance vers nous… mais ne lève pas la tête, n’aie pas l’air…


BERNIER, (sans regarder.)

Qui est-ce ?


LOLETTE.

Ne bouge pas !… Rouchard.


BERNIER.

Pourquoi ne pas bouger ?… Au contraire, prenons un aspect naturel. S’il veut nous parler, pourquoi pas ? Il y a deux ans qu’on ne s’adresse plus la parole.


LOLETTE.

Ça ne m’est pas agréable.


BERNIER.

Dans une passe comme celle-ci, il faut éviter les ennemis.


ROUCHARD, (s’approchant en passant.)

Bonjour, mon cher.


BERNIER.

Bonjour.

(Poignée de main.)

ROUCHARD.

Bonjour, Lolette.


LOLETTE.

Bonjour.