Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JAUBERT.

Quand on dit d’un peintre qu’il est sincère… on est fixé. On sait ce que ça veut dire.


SELLIER.

Et tu appelles sincère un homme qui a foutu des reflets de pavots mauves sur une fesse ? Va voir un peu si ça reflète les pavots !… C’est du chic, oui… Et le chic c’est la syphilis de la peinture.


ROUSSEL.

Fais pas ton Ingres. Allons, allons !


GRÉVILLE, (arrivant et se mêlant au groupe.)

Ne vous engueulez pas, mes enfants… Je ne suis pas de ce Salon… mais je suis heureux de voir que vous êtes encore comme à l’École… Il me semble que je refais mon concours de places. Oh ! les médailles !


JAUBERT, (lui touchant sa boutonnière.)

Eh bien, qu’est-ce que c’est, ce ruban ?


GRÉVILLE.

C’est pour aller avec ma cravate verte.


JAUBERT.

Oui, oui… n’empêche que tu te décarcasses pour avoir le bout de sein. Je l’ai su au ministère.


GRÉVILLE.

Je me fous de la rosette, du bout de sein, comme tu dis… autant que de ce cordon ombilical… Je ne ferais pas une démarche pour l’avoir… et je suis heureux de n’être pas médaillé, comme vous, comme une boîte de Zan.