Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/365

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHARLOTTE.

Oui tout est prêt…


FÉRIOUL.

Alors, adieu, je ne t’accompagne pas à la gare… Je vais régler cette affaire avec le collège.


CHARLOTTE.

Ne t’énerve pas, surtout ! va !… Ça n’en vaut pas la peine…


FÉRIOUL.

Ne crains rien.


CHARLOTTE.

Alors, bon, je m’en vais… je t’enverrai une dépêche demain pour te dire comment j’ai trouvé ma mère.


FÉRIOUL.

C’est ça, oui.


CHARLOTTE.

Oh ! Ce ne doit pas être bien grave, je suis tranquille.


FÉRIOUL.

Moi aussi.


CHARLOTTE.

Je reprendrai le train après demain soir, au plus tard ou peut-être le même matin, c’est un petit changement d’air… (Entre Madame Férioul mère.) une distraction…


FÉRIOUL.

Va, ne te mets pas en retard.