Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/358

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FÉRIOUL, (revenant à lui.)

Mais, taisez-vous donc, vous… Ne restez pas ici… Complice ! Laissez-moi chez moi !…


PARIZOT.

Non ! vous ne pourrez pas… Pas devant tout le monde !… Vous n’aurez pas le cœur !… La malheureuse !… Je vous en défie !


FÉRIOUL.

Dehors, vous !… place nette ! Je suis chez moi, place nette. On va voir.

(Férioul a jeté Parizot à la porte du jardin. Par une des deux portes qu’il vient d’ouvrir apparaît Madame Férioul mère.)


Scène IV


FÉRIOUL, MADAME FÉRIOUL MÈRE, puis JEAN, MISS, MARGARIDOU, MARTHE, RIQUET et enfin CHARLOTTE.


JEAN, (le chaufjeur apparaissant à la porte.)

Monsieur m’appelle ?


FÉRIOUL.

Oui… oui… venez ici !…


MADAME FÉRIOUL MÈRE.

Mon Dieu ? Quelque chose ? Un malheur ?