Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/309

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène VIII


FÉRIOUL, CHARLOTTE

Charlotte, sans bouger, contre le mur, les yeux démesurément ouverts, dans une attente effroyable.

CHARLOTTE.

Eh bien ?…


FÉRIOUL.

Eh bien !… Voilà !… des choses…


CHARLOTTE.

Quoi, des choses ?


FÉRIOUL.

Des choses… C’est à voir… Il faut réfléchir !…


CHARLOTTE.

Explique…


FÉRIOUL.

Oh ! sans grande importance, au fond, mais extraordinaires…


CHARLOTTE.

Extraordinaires ?


FÉRIOUL.

Du moins, surprenantes en tant qu’affaires, bien au-dessous en tout cas de… Quoi, ça ne va pas ?…