Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHARLOTTE.

Si… on me l’a appris à midi… mais faites… comme si vous veniez d’apprendre la nouvelle… sur le pas de la porte… dites-le tout d’une traite.


MARGARIDOU.

Je tâcherai, mais je ne réponds pas…

(Elle s’en va avec le plateau.)

PARIZOT.

Alors, mademoiselle, voulez-vous que je vous accompagne jusqu’à mi-chemin ?


MADEMOISELLE BLANQUETTE.

Mais nous ne prenons pas la même route, je crois bien.


PARIZOT.

Si, si… jusqu’à moitié, en passant par la citerne.


MADEMOISELLE BLANQUETTE.

Alors, je veux bien !


FÉRIOUL.

Dites-moi, on va jaser, dans Magagnosc, si l’on vous rencontre ensemble…


MADEMOISELLE BLANQUETTE.

Oh ! monsieur Férioul, dans ce cas…


FÉRIOUL.

Je dis cela en plaisantant, et puis Parizot est un homme de tout repos.