Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHARLOTTE, (servant le café.)

Du café, monsieur Parizot ?


PARIZOT.

Merci, madame. En somme, vous avez écourté beaucoup votre séjour à Luchon ?


FÉRIOUL.

Mais oui, ma femme s’est trouvée tout à coup souffrante.


MADAME FÉRIOUL MÈRE.

Ah ! je leur avais bien dit ! Les villes d’eaux, moi, je n’y ai été qu’une fois, à Bagnères-de-Bigorre, il y a déjà cinq ou six ans. Ça m’a donné des rhumatismes.


FÉRIOUL.

C’était peut-être l’âge, ma mère.


MADAME FÉRIOUL MÈRE.

Jamais de la vie !… C’est Bagnères !


MADEMOISELLE BLANQUETTE.

Il y a combien de temps que vous êtes revenus des Pyrénées ?


FÉRIOUL.

Deux mois, à peu près. Nous sommes rentrés vers la fin d’août.


PARIZOT.

Le fait est que je trouve Madame Férioul un tantinet chiffonnée.