Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JEANNETIER.

Qui ça, Bouboule ?


LE CHAPEAU ROUGE.

La petite femme qui vous parle.


JEANNETIER.

Ah bien !


LE CHAPEAU ROUGE.

Non, Bouboule n’a pas de chance… Bouboule a ponté à tort et à travers… Dites, soyez chic, venez miser un peu pour moi sur la banque du vieux juif qui n’a pas de veine, vous savez ?…


JEANNETIER.

Allons-y ; je suis grand et généreux, ce soir.


LE CHAPEAU ROUGE.

Vous n’êtes pas grand, vous n’êtes pas généreux, mais vous êtes chic.


FÉRIOUL, (appelant.)

Hum ! hum ! heu ! Frédéric !


JEANNETIER, (se retournant.)

Hein ? Quoi ?


FÉRIOUL, (désignant l’allée de droite.)

Ma femme… fais attention…


JEANNETIER.

Allez vite. (Il pousse les femmes et les entraîne vers l’allée opposée. En passant, à Férioul.) Est-ce que tu me rejoindras au cercle ?