Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/237

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JEANNETIER.

Oh ! en tout bien tout honneur. Et puis, je n’en suis pas plus fier pour ça.


FÉRIOUL, (fixant les femmes qui rient en regardant le groupe.)

On a l’air d’avoir envie de te parler.


GRAVIÈRE.

Ne vous gênez pas pour nous, je vous en prie, monsieur.


FÉRIOUL.

Vas-y, vas-y… Bonne chance.


JEANNETIER.

Idiot, va ! (Aux femmes qui continuent le laçage laborieux de la bottine.) Dites donc, prenez garde au lacet de l’autre bottine, il est défait.


LE CHAPEAU ROUGE.

Tiens ! C’est vous ! Bonjour, monsieur ! (Elle lui fait signe de s’approcher.) Peut-on vous dire un mot ?


JEANNETIER.

Lequel ?

(Il s’approche)

LE CHAPEAU ROUGE.

Ce n’est pas vrai, dites, qu’il était défait, mon lacet ?


LE CHAPEAU BLEU.

Mais, savez-vous, par contre, qui est défait, mais défait ! ah ! mais défait ? c’est Bouboule !