Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 5, 1922.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


princesse de Chabran entre. Lolette, tout de suite, du ton le plus doux du monde, presque aimable, presque avec un sourire.) Bonjour, madame… Entrez donc ! (Tout de suite.) Je vous présente ma sœur. Allons, au revoir, mon bijou… à demain, sans faute, n’est-ce pas ?…


SUZON, (l’embrassant.)

Sans faute.


LOLETTE.

Embrasse bien les gosses de ma part, hein ?

(Suzon s’en va sans saluer la princesse.)

LA PRINCESSE.

Bonjour, mademoiselle…



Scène III


LOLETTE, LA PRINCESSE puis L’INFIRMIÈRE


LA PRINCESSE, (s’approche du lit. Elle porte dans ses bras une grande gerbe de fleurs, des liliums, des roses. À voix basse, elle dit.)

Pardon ! (Montrant les fleurs.) Je ne savais pas si vous voudriez bien me recevoir… alors, j’aurais laissé ces fleurs pour qu’on vous les remette. Depuis cette affreuse journée dont je suis responsable, et où vous êtes sortie de chez moi pour aller vous tuer, je voulais vous apporter l’expression de tout le chagrin que je ressens… et qui vient de m’inspirer, ces jours-ci, une nouvelle conduite… Il me semble qu’il fallait vous le dire moi-même, n’est-ce pas ?…