Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/357

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



POLICHE.

Partage ? Évidemment, ça arrangerait tout… Poliche, lui, aurait pu bien des choses… Maintenant, je n’oserais plus te regarder… Vois-tu, Rosine, les hommes sont de vilains égoïstes, qui ne sont pas commodes à satisfaire !


ROSINE.

Tu viendras me voir au moins tout de suite… à ton retour à Paris… dis ?… Je l’exige.


POLICHE.

Sûrement, sûrement !


ROSINE.

Tu ne veux pas prendre tout de suite un jour ? Je t’attendrais à dîner.


POLICHE.

Non… ça m’est difficile ! Avant il faut que j’aille un peu à Lyon. Mon absence pourra se prolonger quelque temps.


ROSINE, (baissant la voix.)

Parce que tu comprends… on ne sait pas… l’avenir !


POLICHE.

Oui… oui… l’avenir !


ROSINE.

Embrasse-moi ! Nous n’avons plus que cinq minutes !…


POLICHE.

On va nous voir… la dame de la caisse…