Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/333

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROSINE.

Ça ne prouve rien… Les hommes nous renient si facilement entre les repas.


THÉRÉSETTE.

Non. Il m’a dit qu’il t’adorait… C’est même pour ça qu’il t’a trompée.


ROSINE.

Comment !


THÉRÉSETTE.

Ne cherche pas à comprendre… c’est des raisons d’homme. Les raisons d’homme, ça ne s’approfondit pas. Ça se sent ou ça ne se sent pas… Les sens-tu ?


ROSINE.

Non ! Pas le moins du monde.


THÉRÉSETTE.

Et tu as tort ! Moi, je trouve ça lumineux. Il m’a ajouté : « Dites-lui bien ça, ma petite Thérésette, que je l’aime toujours : beaucoup ! »


ROSINE.

Il a dit : beaucoup ?


THÉRÉSETTE.

Comme ça : beaucoup.


ROSINE.

Répète encore.


THÉRÉSETTE.

Beaucoup.


ROSINE.

Alors pourquoi reste-t-il avec elle ?