Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/317

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène II


POLICHE, ROSINE

Un silence.

POLICHE, (ramassant à terre une foule de journaux épars)

Tu as vu les journaux ?


ROSINE.

Tous les quinze !

(Silence.)

POLICHE, (s’asseyant et parcourant les feuilles distraitement.)

Tu as lu alors que le Café de Paris a changé de propriétaire ?… La pièce de Devrenne n’a pas l’air d’avoir réussi, hein ?


ROSINE.

Non.


POLICHE.

Je ne regrette pas cette première-là !… Dans les « Déplacements et villégiatures », as-tu vu que Charlier rentre à Paris ?


ROSINE.

Oui…


POLICHE.

Ce bon Charlier ! Quel type !… Quant à Jourdeuil, il file un mauvais coton ! Cette affaire avec le bijoutier, hum ! hum !… Un garçon qui se prépare une vieillesse sans honneur. (S’interrompant.) Oh, là ! Oh, là !


ROSINE.

Quoi ?