Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/277

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROSINE, (à Augustine.)

Eh bien, elle ne manque pas de toupet !… Elle arrive bien, celle-là !… Oui, oui ! faites entrer, je crois bien… plutôt deux fois qu’une !… (La femme de chambre sort.) Elle va un peu voir de quel bois je me chauffe… Entre, ma fille, entre ! Tu n’y perdras pas !…

(Augustine se retire discrètement dans la pièce à côté.)


Scène VI


ROSINE, MADAME LAUB


ROSINE, (courant au devant de Madame Laub, avec le plus gracieux sourire.)

Bonjour, ma chérie !… Tu es gentille d’être venue me voir… Comme il y a longtemps qu’on ne s’est embrassées !…


MADAME LAUB.

Mais oui !… Cinq ou six longs jours !


ROSINE.

Qui m’ont paru interminables.


MADAME LAUB.

À moi aussi… tu es bien gentille !… Mais on a tant à faire à la rentrée, c’est toute une réinstallation… On n’a plus une minute pour ses amies.


ROSINE.

Je te trouve, en effet, l’air fatigué… Ne te surmène pas, pourtant.