Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


(Il agite le papier dans sa main.)

ROSINE, (très vivement, à Saint-Vast.)

Eh bien, vous n’avez pas été fort. Vous vous êtes trompé sur toute la ligne : « Y penser toujours, n’en parler jamais. »


MADAME LAUB.

C’est moi.


LAUB.

Qu’est-ce que j’avais dit !


ROSINE.

« Ah ! si c’était à recommencer. » C’est la sévère Thérésette !


THÉRÉSETTE.

Oh ! j’ai mis ça comme j’aurais mis autre chose !


SAINT-VAST.

Et le : « Ça devrait être encore mieux », Madame de Rinck, par conséquent ?


THÉRÉSETTE.

Ce n’est pas très fort d’ailleurs, pour la femme supérieure de l’assemblée.


MADAME LAUB, (essayant de prendre le papier à Saint-Vast.)

Mais il y avait autre chose sur le papier.


ROSINE.

J’ai effacé.


MADAME LAUB, (à Saint-Vast.)

Faites voir ?