Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROSINE.

Oh ! ma chère !


LAUB.

Voilà ! Ce coup-là ce doit être ma femme !


ROSINE, (à Saint-Vast.)

Dites-nous qui voudrait recommencer ?


SAINT-VAST, (hésitant.)

Vous, madame de Rinck.


MADAME LAUB.

Et la dernière, alors, naturellement, moi ?


THÉRÉSETTE.

Voyons, la dernière…


SAINT-VAST, (lisant le dernier papier.)

« L’amour, ça devrait être encore tellement mieux. Tâchez de vous trouver s… »

(Il s’arrête net.)

THÉRÉSETTE.

Quoi ?


MADAME LAUB.

Il y a une suite… lisez…


SAINT-VAST, (repliant vivement le papier.)

Non, rien…


MADAME LAUB.

Mais si, il y a une suite, sûrement !


SAINT-VAST.

C’est barré.