Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GRÂCE, (vivement.)

Monsieur de Saussy plaisantait en effet… C’était de sa part une gaminerie sans importance… Vous vous êtes mépris…


SAUSSY, (ironique.)

Vous l’entendez ? Et vous me permettrez, mon cher, d’aller me remettre de mon étonnement en faisant faire un tour de valse à ces demoiselles ; ce sera plus sérieux. Venez-vous, Maguet ?


MAGUET.

Avec plaisir. (Saussy lui offre son bras et tourne les talons. Maguet, bas à Julienne, en l’entraînant.) Il y a du grabuge.


MADAME CLOZIÈRES, (fermant la porte du salon ostensiblement.)

Il y a un courant d’air.

(Elle sort.)

GRÂCE, (bas, à Lechâtelier, avec véhémence.)

Mais vous êtes fou !… vous perdez la tête !… vous me compromettez à plaisir !…


LECHÂTELIER.

C’est vrai… oui… je ne sais pas ce que j’ai eu… un éblouissement, moi aussi…



Scène IX


GRÂCE, LECHÂTELIER


GRÂCE, (au comble de l’émotion contenue.)

Vous ne voyez donc pas ce que vous faites !…