Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GRÂCE.

Merci, oui.


MADAME CLOZIÈRES, (ironique à Lechâtelier.)

Cette pauvre petite femme… Elle n’a pas grande santé.


LECHÂTELIER.

En effet.


GRÂCE.

Ce n’était rien, je vous remercie… La chaleur d’été m’incommode parfois… Et puis, j’ai été souffrante, ce printemps.


MADEMOISELLE D’ANDELY.

Reposez-vous là.


DE SAUSSY, (débouchant du salon.)

Madame est souffrante ?


GRÂCE.

À peine.



Scène VIII


Les Mêmes, DE SAUSSY, LECHÂTELIER

Le premier qui entre est de Saussy. Il accompagne les petites Verneuil.

MADEMOISELLE D’ANDELY.

Tiens, la Valse d’amour de Moskowsky.


JULIENNE, (qui a ramassé sur la table le papier où Lechâtelier a dessiné la main de Grâce.)

De Saussy, regardez ça… je parie que vous ne devinez pas quelle est cette main ?…