Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE.

C’est son nom… et moi, nous sommes de vieilles et excellentes amies… J’ai été heureuse de la retrouver avec un peu l’apparence de son rang et quelque égalité… momentanée… Mais nous avons été presque obligées de nous fâcher, elle et moi ; elle refusait énergiquement de venir… Concevez-vous cela ?


LECHÂTELIER, (vivement.)

Oui, c’est une charitable idée qu’a eue Suzanne.


SUZANNE.

C’est toi qui l’as eue le premier, mon ami.


LECHÂTELIER.

Nous l’avons eue ensemble.


CLOZIÈRES.

Et le pianiste ?


SUZANNE.

Dame !… On ne pouvait guère l’inviter.


CLOZIÈRES.

Si… dans l’orchestre !


LECHÂTELIER, (riant.)

Tiens, c’est une idée… il n’est pas intéressant, d’ailleurs, ce garçon… Enfin, depuis que je l’ai augmenté, c’est bien le moins qu’il travaille. Il a beaucoup à faire maintenant…


CLOZIÈRES.

Et où a-t-elle péché cette délicieuse robe rose ?