Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE TROISIÈME

Aux environs de Compiègne. Le hall d’un château dix-huitième siècle, formant au fond, à droite, rotonde avec vastes baies entre colonnes de marbre rose et cuivre, et donnant sur une grande terrasse qui surplombe au loin les cimes et les allées de la forêt de Compiègne. — Dans le fond, où était la porte de la galerie du château, on a construit, pour une fête, un théâtre avec son rideau peint dans le style de la pièce et ses plantes hâtivement transportées de la serre. La baie de gauche donne sur les salons et a ses portes vitrées grandes ouvertes. — Au lever du rideau, il est neuf heures du soir environ. On fait les préparatifs de la fête pour le lendemain. Les lustres sont allumés. Dehors, sur la terrasse, entre les orangers en caisse, des guirlandes de lanternes battent au vent.



Scène PREMIÈRE


MADEMOISELLE D’ANGELY, GRÂCE DE PLESSANS, MADAME CLOZIÈRES, SUZANNE LECHÂTELIER, GÉNÉRAL DU-PLESSIS-LATOUR, LOUIS DE SAUSSY, NELLY.


SUZANNE, (à Mademoiselle d’Andely, Grâce de Plessans, Madame Clozières, qui sont sur une grande échelle double.)

Mademoiselle d’Andely, tenez, encore cette poignée de drapeaux sur la porte, voulez-vous ?…