Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pourquoi reviens-tu ?… Que se passe-t-il ? Tu es tout pâle… Tu n’es pas malade ? Quel visage défait ! Tu n’es pas allé à ton bureau ?


CLAUDE.

Si, je viens de le quitter à l’instant.


GRÂCE.

Mais qu’as-tu, pour l’amour de Dieu ? Tu n’as vu, rencontré personne ?…


CLAUDE.

Personne… pourquoi ?


GRÂCE.

Pour rien… Tu as vu Monsieur Lechâtelier, peut-être ?


CLAUDE, (vivement.)

Le patron, pourquoi ?… non… Pourquoi le patron !… Il s’agit de bien autre chose !… Grâce, Grâce !… Attends-toi à tout… Chut !…


GRÂCE.

Que veux-tu dire ?


CLAUDE.

Écoute… (Il s’interrompt et tend l’oreille.) Tu n’as pas entendu ?… Un bruit de porte à côté… Chut !… Il ne faut pas qu’on entende… personne.

(Il parle bas.)

GRÂCE.

C’est peut-être le garçon qui finit la chambre… Attends. (Elle va à la porte de la chambre, l’entrouvre d’abord très prudemment, puis l’ouvre complètement toute