Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 4, 1922.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GRÂCE.

Qu’est-ce que tu me donnes là ?…


HORTENSE.

C’est maman qui m’a dit de te remettre ça.


GRÂCE, (regardant.)

Un portefeuille !… Avec de l’argent !… Veux-tu bien !… Veux-tu bien reprendre ça tout de suite… petite sotte !


HORTENSE.

Oh ! moi, tu sais, ça m’est égal ! Je l’avais bien dit à maman que ça ne ferait que me faire attraper.


GRÂCE.

Vite donc… J’entends monter… (Avant de refermer la porte, elle se ravise et appelle à voix basse…) Mariette… que je te donne encore quelque chose…


MARIETTE.

Quoi ?


GRÂCE, (se reculant dans l’angle et lui tendant les bras.)

Un baiser.

(Mariette s’y précipite. Elles s’étreignent gauchement, hâtivement, avec une tendre angoisse. Puis Grâce, à la hâte, referme la porte. — Un temps.)


Scène X


GRÂCE, CLAUDE

Claude entrant à droite, brusque et rapide.

GRÂCE.

Toi !… Déjà !… Tu n’es pas allé à ton bureau…