Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NEKLUDOFF, resté le dernier, n'entre pas.

Imbéciles !… Ça ne peut pas se passer ainsi… La malheureuse !… Je ne veux pas voir cela… c’est horrible !… (À un huissier.) Huissier, il faut que j’écrive un mot au président des assises, tout de suite. Avertissez le chef du jury que je suis souffrant… que je n’entre pas… qu’on me dispense… Une indisposition. Allez. Dites donc, l’autre, vous allez porter ceci au président, avant que la cour se retire… (Il griffonne un mot et le lui remet.) Je n’entre pas… Avez-vous un code ?


LE DEUXIÈME HUISSIER.

Oui, monsieur.


NEKLUDOFF.

Merci…

(Les deux huissiers sont sortis. Nekludoff feuillette avidement le code. À ce moment, la porte de droite s’ouvre, paraît un magistrat.)


Scène III


NEKLUDOFF, NIKHINE


NIKHINE.

Ah ! prince… Je venais savoir ce que vous étiez devenu. En ne vous voyant pas rentrer avec le