Ouvrir le menu principal

Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 3, 1922.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



UN JURÉ.

Il n’est pas sourd… Il est idiot.


NEKLUDOFF.

Pas tant que vous croyez.


DEUXIÈME JURÉ.

Moi, je suis de l’avis du prince. Elle est innocente.


LE COMMIS.

Il y a là un véritable cas de psychologie. Ceux qui sont à même comme moi de connaître les femmes, car grâce à la clientèle mondaine de notre maison…


LE MARCHAND, pouffant.

Ahl là, là… Si nous parlons de ça !…


LE COMMIS, vexé.

Vous ne pouvez pas connaître les femmes, Baklachov ; votre vie modeste…


LE MARCHAND, l'interrompant en se levant.

Oui, certainement, et je n’en rougis pas… Je le dis avec orgueil : je suis un modeste !…


LE PRÉSIDENT.

Je vous exhorte au calme, Baklachov. Messieurs, messieurs, il est déjà plus de quatre heures.